Présentation

Par Patrick Moran, le 19 février 2019Lire la suite

La Société de Langue et de Littérature médiévales d'Oc et d'Oïl réunit les enseignants de l'enseignement supérieur et les chercheurs français et étrangers spécialistes de ce domaine. Elle a plusieurs missions :

  • Développer et établir des contacts entre médiévistes littéraires et linguistes, en favorisant l’échange d’informations au niveau national et international ;
  • Encourager toute initiative tendant au développement des études médiévales (langue et littérature d’oc et d’oïl) au sein de l’université et en dehors ;
  • Stimuler la recherche, l’enseignement et la vulgarisation dans ces disciplines ;
  • Diffuser la recherche et les travaux des jeunes chercheurs.

A cette fin, le site conjointures.org propose un annuaire des membres, des informations mises à jour régulièrement (annonces de colloques, publications, informations officielles sur les postes et l’actualité ministérielle), un fichier des thèses et des documents bibliographiques à destination de l’enseignement secondaire.

Elle publie par ailleurs la revue Perspectives Médiévales, qui est accessible depuis l’automne 2012 sur le portail revues.org (http://peme.revues.org) et co-organise avec l’université qui reçoit son Assemblée Générale un colloque, publié depuis 2010 par les Presses Universitaires de Paris-Sorbonne.

Mots clés : littérature médiévale, français médiéval, oc, oïl, enseignement supérieur, histoire littéraire, histoire de la langue

Romania, t. 136, fasc. 543-544

Par Louis-Patrick Bergot, le 19 février 2019Lire la suite

Les fascicules 543-544 (tome 136) de Romania viennent de paraître.

Pour consulter le sommaire, cliquez sur ce lien.

Philippe de Mézières, Oratio tragedica

Par Louis-Patrick Bergot, le 18 février 2019Lire la suite

Joël Blanchard et Antoine Calvet (éd. et trad.)

Philippe de Mézières, Oratio tragedica

Genève, Droz (Cahiers d’Humanisme et Renaissance), 2019

ISBN : 978-2-600-05947-3

 

L’Oratio tragedica est un texte de dévotion, inédit, composé par Philippe de Mézières (1327-1405), à l’époque où il rédige le Songe du Viel Pelerin (1389- 1390). Cette véritable « dramaturgie de l’âme », écrite en latin, éclaire tous les visages du Chevalier, désormais retiré dans sa cellule du couvent des Célestins de Paris, mais qui ne saurait oublier qu’il fut le conseiller ou l’interlocuteur de six rois, de plusieurs papes et tant de princes… Un tel oubli nous serait interdit à nous aussi, qui prétendons approcher, dans sa complexité, ce quatorzième siècle traversé et comme illuminé par Mézières. Si l’Oratio s’inscrit dans la tradition médiévale des textes spirituels, elle révèle, jamais interrompue, la passion lancinante de délivrer les Lieux Saints et d’atteindre par là la double ambition de faire oeuvre sainte d’écrivain et d’accomplir pleinement le service, le devoir du chrétien.

Première édition critique du texte latin, ainsi que première traduction française de l’Oratio tragedica, longtemps attendue.

Pour plus d'informations, cliquez sur ce lien.

Publication des actes du colloque de Bayeux sur Wace (2013)

Par Louis-Patrick Bergot, le 18 février 2019Lire la suite

Denis Hüe et Michel Vital Le Bossé (dir.)

Wace et l'Église, les princes et la foi

Orléans, Paradigme, 2019

ISBN : 9782868783073

Publié avec le concours de l'EA 3206 de l'Université Rennes 2, ce volume comprend les actes du Colloque de Bayeux (octobre 2013).

Clerc lisant de la cathédrale de Bayeux, Wace est naturellement au service de son duc et roi Henri II Plantagenêt ; né à Jersey, dans une de ces îles que l’on nomme si justement anglo-normandes, chargé par son seigneur d’écrire l’histoire et la légende du nouveau royaume et de tisser les liens qui doivent faire d’Angleterre et Normandie une même terre. Wace est l’homme des réunions, des synthèses, d’une certaine vision de l’histoire aussi, où la Providence divine a sa part. Au service des princes, il ne peut ignorer Dieu et l’Église, et c’est pour eux également qu’il écrit son histoire. Réunis à Bayeux, les meilleurs spécialistes de Wace, de l’histoire anglo-normande et de la littérature du XIIe siècle ont partagé leur savoir, rassemblé dans ce volume.

Pour plus d'informations, cliquez sur ce lien.

Publication des actes d'une journée consacrée à Marie de France

Par Louis-Patrick Bergot, le 15 février 2019Lire la suite

Les possibles du récit dans les Lais de Marie de France

Actes de la journée organisée le 8 janvier 2019

à l'Université Toulouse II-Jean Jaurès, avec le soutien de l'EA 4601 (PLH/ELH)

 

La Section française de la SILC (Société Internationale de Littérature Courtoise) vient de publier les actes de la journée consacrée aux Lais de Marie de France à l'Université Toulouse II, le 8 janvier 2019, sous la direction d'Éléonore Andrieu.

Pour consulter les articles, cliquez sur ce lien.

La Section de linguistique, littérature et philologie du Département d'humanités de l'Université de Macerata lance une nouvelle revue intitulée Polythesis. Filologia, Interpretazione e Teoria della letteratura, en libre accès. Un appel à contributions est ouvert, pour des articles concernant la théorie de la littérature, en particulier médiévale.

Pour obtenir plus d'informations et consulter l'appel à contributions, cliquez sur ce lien.

Printemps des Poètes

Découvrir, choisir et mettre en musique les poèmes du Moyen Âge, du XIXe au XXe siècle

Dans la lignée des études sur les recueils lyriques médiévaux manuscrits et imprimés, le séminaire sera l’occasion cette année de s’interroger sur la redécouverte de la poésie de la fin du Moyen Âge par les éditeurs du XIXesiècle et les musicologues du XXe siècle. De la première édition des Poésies morales et historiques d’Eustache Deschampspar Crapelet en 1832, à l’anthologie Chansons du XVe siècle publiée par Gaston Paris en 1875, se constitue un corpus de textes jugés dignes de l’attention des chercheurs pendant que la philologie romane devient une discipline scientifique. Selon Nathalie Clot, auteur d’une thèse sur Éditer la littérature médiévale en France dans la première moitié du XIXesiècle : éditeurs et éditions en « empirie »,« Si les éditions de textes n’ont eu aucune influence ou presque sur les écrivains romantiques qui ne les lisaient pas et en savaient au mieux ce qu’en disaient les comptes-rendus de Jubinal dans La Quotidienne, la sensibilité de l’époque a sans doute été pour beaucoup dans le tropisme qui a poussé une cinquantaine d’hommes vers les bibliothèques à la recherche des anciens manuscrits ».Nous nous proposons d’étudier cette diffusion des « vrais » textes médiévaux, qui ne sont ni des faux, ni des pastiches, ni des créations nouvelles inspirées d’un Moyen Âge plus ou moins fantaisiste. Quel a été le travail des premiers éditeurs scientifiques de poésie médiévale ? Comment les musiciens du XXe siècle ont-ils eux-mêmes reconstitué la mise en musique de cette poésie ?

Le séminaire a lieu le vendredi de 10h à 12h à la Maison de la recherche rue Serpente.

Vendredi 22 février (salle 116), Mireille Demaules : « La ballade à la fin du XIXe siècle, quelques exemples dans le sillage de Théodore de Banville »

Vendredi 15 mars (salle 421), Florence Gétreau : « Geneviève Thibault de Chambure (1902-1975) : ses travaux sur ‘Poésie et musique de 1450 à 1550’, ses collections musicales, ses concerts de musique ancienne »

Vendredi 5 avril (salle 116), Jacqueline Cerquiglini-Toulet, Thierry Lassabatère et Clotilde Dauphant : « Crapelet, éditeur de Deschamps »

Vendredi 19 avril (salle 116), Isabelle Ragnard : « Les sources éditoriales du XIXe siècle des ‘véritables’ chansons médiévales enregistrées dans la première moitié du XXe siècle »

Vendredi 17 mai (salle 116), Françoise Vielliard : « Entre antiquaires de province et soutien institutionnel : les débuts du commerce d’édition de la littérature française du Moyen Âge (premier XIXe siècle) »

Pour consulter le programme du séminaire au format PDF, cliquez sur ce lien.

page 1 sur 115suivante»